Artskool

Gaspard Bébié-Valérian

Multimédia, son, photographie
Vit et travaille entre Pau et Montpellier


Image : (DR) Gaspard Bébié-Valérian

Biographie . Biography

Né en 1980, j’ai suivi un cursus diversifié passant par l’École des beaux-arts de Perpignan, Marseille et Toulon (DNAP, DNSEP). J’ai aussi suivi et obtenu un Master Recherche en Rhétoriques des Arts à l’université de Pau. Principalement impliqué sur un travail multimédia et sonore, je participe également au collectif Art-Act avec lequel j’ai réalisé plusieurs publications, vidéos et dispositifs interactifs. Aujourd’hui, conjointement à ma pratique plastique, j’enseigne à l’École supérieure d’art et de communication de Pau.

Thématique de travail . Work directions

L'identification et la typologie du prisme social n'offrent que peu de prise. C’est par la mise en abîme de cet insaisissable corps-pensant comme modèle qu'apparaît l'hérésie.
Par des dispositifs sobres, je questionne notre relation à la société et ses rituels, ceux qui déterminent une civilisation et l’individualité. Les installations ainsi que les images photographiques et animées ont vocation à créer du trouble, poussent le public dans ses retranchements perceptuels. Ce qui est à voir n’est jamais explicite, il faut passer au-delà, traverser l’écran…

Principaux Projets et oeuvres . Main projects and works

Chhhuuut ! - installation vidéo interactive



Prédire ou situer l’avenir, ce qui appartient à un temps prochain. Si le passé peut être archivé, analysé et raconté, le futur ne l’est pas. Il est un perpétuel devenir, une application potentielle d’un présent éphémère. J’ai décidé d’employer un modèle métaphorique pour exprimer la relation au temps que nous avons : le tunnel. Le tunnel symbolise le passage de la vie. Nous y entrons sans savoir si le point de départ n’est pas une sortie. Inversement, la sortie laisse la lumière nous éblouir, elle tranche avec le silence et l’obscurité qui ponctue le cheminement à travers le tunnel. Naître et mourir, deux actes indistincts qui marquent des étapes existentielles et qui concernent chacun d’entre nous dans notre plus profonde intimité. Au fur et à mesure de l’avancée du spectateur dans un couloir très étroit, une vidéoprojection évolue. L’écran situé au bout du corridor intervient comme une membrane, une frontière entre le réel et l’irréel ou plus précisément elle est le point de rencontre entre l’individu et son reflet.

Dieu le veut/installation vidéo et sonore




Cette installation vidéo figure un corps pendu dont on n’aperçoit que le bas du corps. Sur sa robe de nuit est brodée une inscription : « Dieu le veut », signe d’une histoire archaïque dont la sexualité des couples se voyait légitimé par le culte religieux et son autorité. Associer la notion de contrainte à celle du suicide est une façon de questionner les contradictions qui traversent notre réel. Le personnage féminin de cette vidéo est une Antigone moderne. Figure emblématique de la révolte de la conscience morale contre la raison d'Etat. Elle est la contradiction des lois. Penser objectivement, lutter contre les contradictions, les oppositions auxquelles on se heurte pour les utiliser ensuite. Mais la caractéristique de l’antinomie, c'est que loin de se résoudre ou de se combler, elle s'approfondit lorsqu’on la pense clairement. C’est en quelque sorte le constat de cette installation.

Actualités


Gaspard Bébié-Valérian

Téléchargement


Modifié le 13-May-09

Droits réservés Réseau Artskool © 2007 - Reproduction même partielle interdite sauf accord - Crédits photos. : Les artistes et le Réseau Artskool - Logos : Les établissements - Conception site Internet : Blaise Bourgeois