Artskool

Caroline Sultan

Design Graphique
Vit et travaille à Angers et Paris


Image : (DR) Caroline Sultan

Biographie

Née en 1982 à Châtenay Malabry (Hauts-de-Seine)
2007 mon DNSEP de l'École supérieure des beaux-arts d’Angers
2004 DNAP option Design de l'École supérieure des beaux-arts d’Angers

Thématique de travail

Supercherie – What you see is what you get
(WYSIWYG)                                                                 

"Les objets sont faits pour des photos dans des catalogues"
Dan Graham

On touche de moins en moins les objets.
Pourtant le fantasme autour de l’objet perdure.
On touche de moins en moins les objets.
Pourtant l’abondance d’images séduisantes, attrayantes avec lesquelles nous entretenons une relation  "ambiguë", "d’envie" alimente ce fantasme.
En effet, l’image doit avoir l’aspect de l’objet et l’objet doit avoir l’aspect de l’image.
Pourtant, la composition des images sème la confusion en créant l’illusion du réel pour nous donner l’illusion de posséder.
Je choisis de ne plus différencier  le design à regarder dans les catalogues et celui que l’on possède.
L’objet de consommation ne peut se toucher qu’avec les yeux.

Principaux Projets et oeuvres

La cerise sur le gâteau

L’ambiguïté du mode de représentation est ma préoccupation dans le projet "la cerise sur le gâteau".
A travers ce projet, je parodie les images attractives de la publicité en proposant des visuels qui font la promotion d’un canapé en cuir confortable, d’un écran plasma hight tech et d’un lustre luxueux.

Ces images subliment le quotidien en jouant avec les stéréotypes mais pourtant ne sont pas ce qu’elles semblent être.

La 2D et la 3D se confondent ce qui rend la lecture de l’image plus trouble.
Quelques détails révèlent l’envers du décor: s’asseoir sur des tabourets, conserver sa vieille télévision, s’éclairer avec une ampoule.
La cerise sur le gâteau, tout n’est que supercherie.
La cerise sur le gâteau, on donne l’illusion de posséder.

L’apparence est  trompeuse et seule la confrontation physique avec l’objet nous ramène à la 3D, à la réalité.
Le canapé n’est pas si confortable.
La vieille télévision se cache derrière une cloison.
L’ampoule pend au milieu de la pièce.

Une sorte de jeu de séduction s’installe où l’image nous donne à voir, nous donne à croire.

Recto /   

"Qui n'a jamais rêvé de vivre dans un monde griffe Gucci ?" Ora Ito
                                                                    
Je travaille sur les apparences trompeuses, en m’intéressant aux modèles vivants et à la mode en tant que façade.

J’ai travaillé sur le papier glacé qui colle à la peau, qui nous oblige à garder la pose.
Les vêtements sont découpés dans les magazines se déclinent en projection, en papier ou encore en adhésifs.
Les modèles sont figés tels des mannequins et prennent la pose que leurs vêtements les incitent à prendre.
Le vêtement n’est que recto.
Face à nous les modèles portent de la haute couture alors que de dos….

Je réinterprète la mode proposée dans les magazines ou plutôt je m’approprie la mode telle qu’elle est présentée.
L’attitude, la posture des models devient absurde.
Le vêtement ne s’adapte pas à l’homme, mais l’homme s’adapte au vêtement.

Pour ce projet "n°" , à la manière du jeu pour enfant qui propose de peindre un paysage numéroté dans lequel chaque numéro est associé à une couleur, je propose un nuancier de numéros où un numéro = à une couleur, une matière ou un motif .
Je propose de faire du spécifique à partir du standard.

L’espace show room présente un salon qui évolue au rythme des changements de numéros.

Alors que les murs sont tapissés d’un papier peint blanc à fines rayures rouge clair, le revêtement du sol est du coco marron clair chaud.
Le canapé est tout en polyester jaune orangé clair avec une assise magenta pastel et les coussins qui l’accompagnent sont en coton blanc à gros pois jaune orangé clair.
Quand à la table, son plateau est en plexiglasse vert pomme plus foncé avec un cadre et des pieds en métal laqué alu mat gris 10%.
La lampe est en toile vert pur.
Je vous propose aussi des chocolats à grignoter dans l’assiette en porcelaine rouge pastel avec des feuilles vert foncé.

Avec cette installation j’offre la possibilité de créer son intérieur et de s’y projeter.

Les numéros se mêlent.
S’exposent.
Le numéro n’est plus seulement référence mais base de données, griffe, motif.

Actualités


Caroline Sultan

Téléchargement


Modifié le 13-May-09

Droits réservés Réseau Artskool © 2007 - Reproduction même partielle interdite sauf accord - Crédits photos. : Les artistes et le Réseau Artskool - Logos : Les établissements - Conception site Internet : Blaise Bourgeois